Grand Collège des Battières

Bienvenue

Bienvenue sur le forum du collège les Battières , avant de visitez notre forum lisez attentivement ce qui va suivre .
Ceci est le forum non officiel de ce collège , pour aller sur le site officiel allez ici
Ce forum a été crée par d'anciens élèves du collège les Battières ,si vous voulez plus d'informations contactez l'un des trois administrateurs du forum .
Bonne visite.
Grand Collège des Battières

Forum des anciens élèves de l'Institution des Battieres, à Lyon 5

Le site du collège se trouve ICI

    Cyrano de Bergerac : La tirade du nez et La Ballade du Duel

    Partagez
    avatar
    Caesar Salvinion
    Grand Discutant
    Grand Discutant

    Masculin Messages : 247
    Date d'inscription : 28/04/2010
    Spécialisation : Politique , pour un monde sans injustice.
    Promotion : 2012
    Division : Latino-Italiano-Espanol

    Feuille de personnage
    Classements: 1

    Cyrano de Bergerac : La tirade du nez et La Ballade du Duel

    Message par Caesar Salvinion le Sam 1 Mai - 12:56



    Tirade du duel :

    De guiche :Personne ne va donc lui répondre?
    Le Vicomte :Personne?...
    Attendez! Je vais lui lancer un de ces traits!...
    Vous...vous avez un nez...heu...un nez...très grand.
    Cyrano :Très.
    Le Vicomte :Ha!
    Cyrano :C'est tout?...
    Le Vicomte :Mais...
    Cyrano :Ah! non! c'est un peu court, jeune homme!
    On pouvait dire...Oh! Dieu!...bien des choses en somme...
    En variant le ton, par exemple, tenez:
    Agressif : " Moi, monsieur, si j'avais un tel nez,
    Il faudrait sur-le-champ que je me l'amputasse! "
    Amical : " Mais il doit tremper dans votre tasse!
    Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap! "
    Descriptif : " C'est un roc!...c'est un pic!...c'est un cap!
    Que dis-je, c'est un cap?... C'est une péninsule! "
    Curieux : " De quoi sert cette oblongue capsule?
    D'écritoire, monsieur, ou de boîte à ciseaux? "
    Gracieux : " Aimez-vous à ce point les oiseaux
    Que paternellement vous vous préoccupâtes
    De tendre ce perchoir à leurs petites pattes? "
    Truculent : "çà, monsieur, lorsque vous pétunez,
    La vapeur du tabac vous sort-elle du nez
    Sans qu'un voisin ne crie au feu de cheminée? "
    Prévenant : " Gardez-vous, votre tête entraînée
    Par ce poids, de tomber en avant sur le sol! "
    Tendre : " Faites-lui faire un petit parasol
    De peur que sa couleur au soleil ne se fane! "
    Pédant : " L'animal seul, monsieur, qu'Aristophane
    Appelle Hippocampelephantocamélos
    Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d'os! "
    Cavalier : " Quoi, l'ami, ce croc est à la mode?
    Pour pendre son chapeau, c'est vraiment très commode! "
    Emphatique : " Aucun vent ne peux, nez magistral
    T'enrhumer tout entier, excepté le mistral! "
    Dramatique : " C'est la Mer incarnat quand il saigne! "
    Admiratif : " Pour un parfumeur, quel enseigne! "
    Lyrique : " Est-ce une conque, êtes-vous un triton? "
    Naïf : " Ce monument, quand le visite-t-on? "
    Respectueux : " Souffrez, monsieur, qu'on vous salue,
    C'est là ce qui s'appelle avoir pignon sur rue! "
    Campagnard : " Hé, ardé! C'est-y un nez? Nanain!
    C'est queuqu' navet géant ou bien queuqu'melon nain! "
    Militaire : " Pointez contre cavalerie! "
    Pratique : " Voulez-vous le mettre en loterie?
    Assurément, monsieur, ce sera le gros lot! "
    Enfin, parodiant Pyrame en un sanglot:
    " Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
    A détruit l'harmonie! Il en rougit, le traître! "

    Cyrano de Bergerac (Acte 1 scène 4)
    Edmond Rostand

    La Ballade du duel :

    Le Vicomte :Maraud, faquin, butor de pied plat ridicule !

    Cyrano : ôtant son chapeau et saluant comme si le vicomte venait de se présenter. Ah?... Et moi, Cyrano-Savinien-Hercule De Bergerac.
    Rires...
    Le vicomte : (exaspéré) Bouffon!
    Cyrano : (poussant un cri comme lorsqu'on est saisi d'une crampe.) Ay!...
    Le vicomte : (qui remontait, se retournant.) Qu'est-ce encore qu'il dit?
    Cyrano : (avec des grimaces de douleur.) Il faut la remuer car elle s'engourdit... - Ce que c'est que de la laisser inoccupée!- Ay!...
    Le vicomte : Qu'avez-vous?
    Cyrano : J'ai des fourmis dans mon épée!
    Le vicomte : tirant la sienne. Soit!
    Cyrano :Je vais vous donner un petit coup charmant.
    Le vicomte : méprisant. Poète!...
    Cyrano : Oui, monsieur, poète! et tellement, Qu'en ferraillant je vais - hop! - à l'improvisade, Vous composer une ballade.
    Le vicomte : Une ballade?
    Cyrano : Vous ne vous doutez pas de ce que c'est, je crois?
    Le vicomte : Mais...
    Cyrano :[/u][/color] (récitant comme une leçon) La ballade, donc, se compose de trois Couplets de huit vers...
    Le vicomte : (piétinant) Oh!
    Cyrano : (continuant) Et d'un envoi de quatre.
    Le vicomte :Vous...
    Cyrano : Je vais tout ensemble en faire une et me battre, Et vous toucher, monsieur, au dernier vers.
    Le vicomte : Non!
    Cyrano : Non? Déclamant "Ballade du duel qu'en l'hôtel bourguignon Monsieur de Bergerac eut avec un bélître."
    Le vicomte : Qu'est-ce que c'est que ça, s'il vous plaît?
    Cyrano : C'est le titre.
    La salle : (surexcitée au plus haut point) Place! - Très amusant! - Rangez-vous! - Pas de bruits!
    (Tableau. Cercle de curieux au parterre, les marquis et les officiers mêlés aux bourgeois et aux gens du peuple; les pages grimpés sur des épaules pour mieux voir. Toutes les femmes debout dans les loges. A droite, de Guiche et ses gentilshommes. A gauche, Le Bret, Ragueneau, Cuigy, etc.)
    Cyrano : (fermant une seconde les yeux) Attendez!... Je choisis mes rimes... Là, j'y suis.
    (Il fait ce qu'il dit, à mesure)
    Je jette avec grâce mon feutre, Je fais lentement l'abandon Du grand manteau qui me calfeutre, Et je tire mon espadon; Élégant comme Céladon, Agile comme Scaramouche, Je vous préviens, cher Mirmidon, Qu'à la fin de l'envoi, je touche!
    (Premier engagement de fer)
    Vous auriez bien dû rester neutre; Où vais-je vous larder, dindon?... Dans le flanc, sous votre maheutre?... Au coeur, sous votre bleu cordon?... - Les coquilles tintent, ding-don! Ma pointe voltige: une mouche! Décidément... c'est au bedon, Qu'à la fin de l'envoi, je touche.
    Il me manque une rime en eutre... Vous rompez, plus blanc qu'amidon? C'est pour me fournir le mot pleutre! - Tac! je pare la pointe dont Vous espériez me faire don: - J'ouvre la ligne, - je la bouche... Tiens bien ta broche, Laridon! A la fin de l'envoi, je touche.
    (Il annonce solennellement:)
    (Envoi)
    Prince, demande à Dieu pardon! Je quarte du pied, j'escarmouche, Je coupe, je feinte...
    (Se fendant)
    Hé! Là donc!
    (Le vicomte chancelle, Cyrano salue)
    A la fin de l'envoi, je touche
    (Acclamations. Applaudissements dans les loges. Des fleurs et des mouchoirs tombent. Les officiers entourent et félicitent Cyrano. Ragueneau danse d'enthousiasme. Le Bret est heureux et navré. Les amis du vicomte le soutiennent et l'emmènent.
    La foule, en un long cri : Ah!...
    Un chevau-léger Superbe!
    Une femme Joli!
    Ragueneau Pharamineux.
    Un marquis Nouveau!...
    Le Bret Insensé!
    Bousculade autour de Cyrano. On entend.
    ... Compliments... félicite... bravo...
    Voix de femme C'est un héros!...
    Un mousquetaire, s'avançant vivement vers Cyrano, la main tendue. Monsieur, voulez-vous me permettre?... C'est tout à fait très bien, et je crois m'y connaître; J'ai du reste exprimé ma joie en trépignant!...
    Il s'éloigne)
    Cyrano : (à Cuigy) Comment s'appelle donc ce monsieur?
    Cuigy :D'Artagnan.


    Dernière édition par Salvinion le Sam 1 Mai - 13:38, édité 1 fois


    _________________
    " Un centriste est le meilleur moyen d'éloigner la guerre , un extremiste le meilleur moyen de l'approcher."Arout

    "Il n'y a pas de véritable action sans volonté"Rousseau

    "On a de tout avec l'argent, hormis des coeurs et des bons citoyens"Rousseau

      La date/heure actuelle est Ven 22 Sep - 7:14